USA / الولايات المتحدة الأمريكية, Royaume-Uni / United Kingdom / المملكة المتحدة, Corse / Corsica / كورسيكا, Gestuelle / Body language / شفهي الاتصال, Soudan / Sudan / السودان, Sonore / Sound / الصوت, Jordanie / Jordan / الأردن, Syrie / Syria / سوريا, selection, super-edito, Turquie / Turkey / تركيا, Représentation de la nature / Perception of the nature / تمثيل الطبيعة, document à disposition / available, Administrateur, Rédacteur, Visiteur, Portugal / البرتغال, Rubrique first, Jardin / Garden / حديقة, Invisible, Patrimoine / Heritage / التراث, Suisse / Switzerland / سويسرا, video, Oasis de Syouah / Siwa oasis / واحة سيوة, Djérid / Jerid / الجريد, Le Caire / Cairo / القاهرة, Pop Culture arabe / Arab Pop Culture / ثقافة البوب ​​العربية, Work published in English, wādī Abū Ṣubeīra / وادي أبو صبيرة, Organisation conf. , Ouvrages écrits ou édités, Châtaigneraie / Chestnut Grove / بستان الكستناء, Perceptions sensorielles / Sensory perceptions / التصورات الحسية, Archéologie / Archaeology / علم الآثار">
Vincent Battesti - vbat.org/anthropoasisvbat.org
Français → Extra → Texto → Blogs →

Du Caire à Paris par Istanbul

Vincent Battesti - Du Caire à Paris par Istanbul (automne 2005)
Ce blog devrait contenir un récit de quelques kilomètres de route entre Le Caire et Paris.

 

Ouverture du blog

mercredi 14 septembre 2005 - Vincent Battesti

Ce blog devrait, si tout va bien, contenir un récit de quelques kilomètres de route entre Le Caire et Paris, en passant par la Jordanie, la Syrie, le Liban, la Turquie, La Grèce, la Macédoine, La Yougoslavie, la Bulgarie, La Croatie, la Bosnie Herzégovine, la Slovénie (j’en oublie ?) et l’Italie.
Ce voyage terrestre a lieu à l’occasion de ma fin de contrat de chercheur pour le MAE au CEDEJ, après trois ans et demi passés au Caire (chômeurs, circulez, il y a pas mal à voir...). Le voyage est prévu pour (...)

 

Difficile départ d’Égypte

samedi 1er octobre 2005 - Vincent Battesti

(Petite note : il se peut que je tape dans un café internet plusieurs jours cumulés de retard.)
1er octobre 10h 50. Pause dans un routier près du Tunnel de Suez.
Rien de palpitant, le petit pincement a été en parcourant une dernière fois les rues du Caire. Pour rajouter au mélodrame du départ, j’ai préféré le pont au tunnel d’al-Azhar. Plus d’essence dns les stations, curieusemenbt aujourd’hui. J’ai oublié ma couette à la maison, embêtant pour mes véléités de camping, mais rassurant d’identifier si vite (...)

 

Quintessence du pire

dimanche 2 octobre 2005 - Vincent Battesti

2 octobre. 15h30. Au large de Nuweiba.
Sur le pont, cheveux dans le vent, assis sur un canot de sauvetage et en face de nous le Hilton Nuweiba. Bande son : le haut-parleur administratif qui nous interdit-ci, qui nous ordonne-ça, sans discontinuer. Pour cause de Ramadan, le ferry est plein, surtout de pélerins, des vieux beaucoup qui font une collection de costumes traditionnels nationaux, un musée concentré sur un pont de ferry qui part clopinant jusqu’à Médine et la Mecque.
Pour grimper sur ce (...)

 

Aqaba

lundi 3 octobre 2005 - Vincent Battesti

3 octobre 2005, midi. Aqaba.
Et bien, évidemment, ça fini toujours (plus ou moins) par s’arranger.
J’ai eu droit à une fleur des douanes jordaniennes : ils me laissent passer, mais j’ai trois jours seulement pour quitter le territoire, pour traverser sud nord la Jordanie.
Disons que ça s’est arrangé quand j’ai pu produire à la fois un double de mes plaques égyptiennes et une photocopie de ma carte grise égyptienne. C’était tout juste et under my authority comme me le disait un des chefs douaniers.
À (...)

 

Jordanie en montagne

lundi 3 octobre 2005 - Vincent Battesti

3 octobre 2005.
Est-ce que ça a été compliqué cette histoire de douanes à l’entrée en Jordanie ? Oui, mais c’est réglé. J’ai hésité à sortir mes fausses plaques égyptiennes (en regrettant de ne pas les avoir vissées à ma voiture dans le ferry même) : dire à un douanier « hum, au fait, j’ai des fausses plaques d’immatriculation dans ma voiture » ? Bah oui, ça marche (en éclipsant « fausses » avec une histoire d’accident à laquelle on a eu la bonté de bien vouloir croire). Restait l’absence de papiers d’identité de la (...)

 

Jordanie de pierre et de Méditerranée

mardi 4 octobre 2005 - Vincent Battesti

4 octobre. Jordanie.
Départ très tôt de Pétra au petit matin, dès 6h 15. C’est le petit matin, les rayons du soleil seraient rasants si nous étions en plaine, en tout cas, le monde est doré à la lumière de l’astre matinal. Le monde est calme, mais légèrement éveillé déjà. La veille au soir, tandis que je cherchais un endroit pour prendre mon café, un groupe de jeunes de Pétra, tout excité, m’interpella pour m’annoncer que demain serait le grand jour, le début du Ramadan ! Sans doute que le mufti venait de (...)

 

Marché à Amman, marchandage à la frontière

mardi 4 octobre 2005 - Vincent Battesti

4 octobre. Jordanie. Suite.
Après mon crochet par Dhana, mon chemin a été décidé par les autostoppeurs. Arrêt à Karak ? Bah non, route à travers les montagnes, direct vers Amman la capitale, et ce n’est pas plus mal.
À Amman, je ne comprends pas bien la ville, c’est plein de hautes collines qui sont pleines de maisons de même couleur, très claires sous le soleil. C’est aussi plein de cercles administratifs (je traverse les 3e, 7e, 4e…) et de routes qui montent, qui descendent et qui contournent. Des (...)

 

Damas policée

mercredi 5 octobre 2005 - Vincent Battesti

5 octobre. Syrie.
Entre mon arrivée nocturne et mes premiers pas dans la ville le lendemain, des images, des références me sont revenues. Je croyais ne rien savoir de Damas et finalement, des choses me reviennent, c’était une destination de transit, c’est en fait une ville et qui me semble tout de suite bonne à vivre. Se réveiller dans un palace y est sans doute aussi pour quelque chose.
Espèce d’évidence identique à l’effet du Caire sur moi il y a quelques années. Pourtant le cadre est très (...)

 

En vacances du tourisme systématique

jeudi 6 octobre 2005 - Vincent Battesti

6 octobre 2005. Syrie, Damas.
Il y a une espèce d’indolence damascène, peut-être dans la démarche peu empressée, peut-être dans l’accent que je ne peux m’empêcher de trouver suisse, à relever les fins de phrase. Une impression de douceur.
Je traîne à Damas, mais je suis en vacances. On m’a dit qu’il ne fallait pas que je me déclare chômeur, mais « en écriture », écrivant un ou deux livres : n’empêche que je suis en vacances et même en vacances d’un tourisme systématique. Je ne visiterai pas tout, j’oublierai les (...)

 

Oasis (?) de Damas

vendredi 7 octobre 2005 - Vincent Battesti

7 octobre 2005. Syrie, Damas.
Je traîne encore. Vraiment des vacances. Je fais des photos. Je me décide quand même à fixer mon départ pour le lendemain pour filer vers Beyrouth, à peine à quelques kilomètres de l’autre côté de la frontière montagneuse.
Je me promène encore, dans la vieille ville surtout. À part les circulations marchandes, la vie semble très centrée sur les intérieurs et les cours de maison. Il y a peu de cafés, peu d’espaces où se poser, c’est dense et en mobilité. Des marchés, un (...)

 

Beyrouth : D&G - BMW

samedi 8 octobre 2005 - Vincent Battesti

8 octobre 2005. Syrie (Damas), Liban (Beyrouth).
Ma voiture a pris un peu la poussière, moins noire et collante qu’au Caire cela dit. Il semble que les douanes syriennes soient un peu tatillonnes en ce moment avec le Liban et ne laisse rien passer qui proviennent d’achats fait au Liban, je laisse à Damas quelques affaires qui pourraient éventuellement poser problèmes et je m’oblige donc à repasser au retour par Damas, avec plaisir. Réexamen de la politique commerciale : depuis que les Syriens se (...)

 

Le château de la mer

dimanche 9 octobre 2005 - Vincent Battesti

9 octobre 2005. Liban (Beyrouth).
Dimanche, c’est encore le week-end ici. En passant de Syrie au Liban, je suis passé du domaine des week-ends vendredi/samedi à samedi/dimanche. Sortie vers le Liban Sud en voiture.
Les drapeaux du Ezbollah et du Amal, les groupes chiites, flottent partout dès le Sud de Beyrouth. Dès que l’on rentre dans le quartier chiite, encore à Beyrouth, l’ambiance est toute autre, la structure urbaine et sociale également : ça fait pauvre et le religieux s’affiche partout, de (...)

 

Rien (internet).

lundi 10 octobre 2005 - Vincent Battesti

10 octobre 2005. Liban (Beyrouth).
Ce jour, rien fait. Juste traîné à l’IFPO (le CEDEJ de Beyrouth) pour squatter leur ligne internet et m’énerver contre le site web du CEDEJ, impraticable. J’aurais peut-être dû passer ma journée à faire autre chose…
Sinon, j’habite le quartier chrétien (Achrafieh), juste à la limite de l’ancienne ligne verte de démarcation entre Beyrouth Ouest et Est (rue de Damas). Quelques souvenirs de cette période (il y a vingt ans) sur les murs : les impacts de balles. Le ramadan (...)

 

ATTENTION, déménagement.

lundi 10 octobre 2005 - Vincent Battesti

Ce blog est passé du site Web du CEDEJ à mon site web perso vbat.org le 10 octobre 2005 depuis Beyrouth : le site web du CEDEJ fonctionnait trop lentement ou, carrément, plus du tout.

 

La suite du Rien beyrouthin.

mardi 11 octobre 2005 - Vincent Battesti

11 octobre 2005. Liban (Beyrouth).
Petit tour chez un pépiniériste. Bouh, c’est cher ! Il y en a sans doute d’autres pépiniéristes plus abordables, mais c’est visiblement réservé aux plus fortunés. Disons aussi que le niveau de vie libanais n’est pas celui égyptien, ni même syrien : on y est visiblement plus à l’aise. Je passe ma journée à me perdre en voiture dans Beyrouth, Monoprix de Achrafieh (impressionnant, les mêmes magasins qu’en France), Virgin Megastore dans le quartier Solidere (le nouveau (...)

 

Étage des oliviers.

mercredi 12 octobre 2005 - Vincent Battesti

12 octobre 2005. Liban nord. Matin.
Départ relativement tôt (8h 30) pour le nord du Liban. D’abord la côte, puis la montagne.
C’est vraiment un tout petit pays qu’on pourrait traverser avant de passer la cinquième vitesse. En moins de deux, en passant des check-points blancs et rouges vides, je me retrouve à Jbeil (Byblos). Une sorte de Sidi Bou Saïd au Liban. C’est mignon et bien rangé, comme le petit village modèle près de Tunis. Juste beaucoup de difficultés à se garer. Je fais sauter la visite du (...)

 

Étage des pommiers.

mercredi 12 octobre 2005 - Vincent Battesti

12 octobre 2005. Liban nord. Après-midi.
Et bien, là ça monte, ça monte, ça monte…
Si au Liban sud, je trouvais partout des bananeraies, ici on est dans l’olivier. Beaucoup d’oliviers. Mais pas pour très longtemps. Le temps de m’arrêter trois ou quatre fois parce que ma voiture a trop chaud quand elle grimpe, je suis à l’étage des pommiers. Beaucoup de pommiers. Je quitte l’étage du ramadan, chaud, de vieilles villes multicouches portuaires méditerranéennes pour l’étage des vergers de pommes rouges, de (...)

 

Beyrouth et on repart.

jeudi 13 octobre 2005 - Vincent Battesti

13 octobre 2005. Liban. Beyrouth.
J’ai pris mon temps aujourd’hui après la virée d’hier. J’ai rencontré Pascale F., une anthropologue documentariste libanaise qui m’avait initié un peu l’an dernier à la vie beyrouthine. C’était chouette, très agréable, café le matin au Coffee House dans la fameuse rue Monot. Nous sommes tombés d’accord : mon voyage est un peu de type initiatique. Entre deux états/moments, égyptien et parisien, je prends le temps de me souvenir de ce que je dois découvrir, de ce que j’ai (...)

 

Damas, gin et politique

vendredi 14 octobre 2005 - Vincent Battesti

14 octobre 2005. Liban (Beyrouth) – Syrie (Damas).
Dernier matin à Beyrouth. Quand reviendrais-je ? En poste, cela semble finalement très compromis. Café, je traîne, café, clopes sur le balcon, soleil, éclat blanc de la mer sur les murs, la ville, collines urbanisées. Je l’aime bien ce Beyrouth, ce Liban, mais je me suis entendu deux fois la renier dans la soirée (à Damas), deux fois dire ma petite déception : pas exactement le même émerveillement que ma découverte émerveillée, en octobre l’an dernier, (...)

 

Dans la nuit, monter au nord

samedi 15 octobre 2005 - Vincent Battesti

15 octobre 2005. Syrie, Damas – Palmyre (Tadmor).
Je prends assez tard la route, mais je la prends. Il le fallait, je me l’étais dit et nous sommes déjà le 15 octobre. Si, dans un premier temps, j’avais prédit un mois de trajet jusqu’à Paris (avant d’annoncer au hasard un mois et demi), j’en serais à la moitié et toujours à Damas. Il ne faut pas que je tarde trop non plus. Je n’ai pas tout vu à Damas et pas vu même mon ancien collègue BD, mais tant pis, une prochaine fois.
Je remonte un peu au nord, (...)

 

Des palmiers à Palmyre, même de pierre.

dimanche 16 octobre 2005 - Vincent Battesti

16 octobre 2005. Syrie, Palmyre (Tadmor). Matin.
Je me suis installé à l’hôtel Zenobia. Je voulais un peu de confort, je l’ai, mais je suis déçu que pour le prix il n’y ai pas un peu plus de luxe. La chose amusante est l’histoire de cet hôtel des années trente et son emplacement quasiment dans les ruines de Palmyre.
Car à Palmyre, il y a des ruines, je l’avais presque oublié. En arrivant hier soir, je traversais une ville fantomatique, en ruine, où le dernier parti aurait vraiment oublié d’éteindre la (...)

 

Oasis de Palmyre

dimanche 16 octobre 2005 - Vincent Battesti

16 octobre 2005. Syrie, Palmyre (Tadmor). Après-midi.
J’ai changé d’hôtel. J’ai pris pour voir le premier prix, dix fois moins cher que le Zenobia, et je trouve ça sincèrement mieux, je m’y sens chez moi, beaucoup plus à l’aise et je m’évite le personnel veule et gagne un gérant qui veut parler, qui m’invite à son iftar… en tête-à-tête. Nader al-Abd-Allah, un tadmory (de Palmyre) depuis trois génération et à voir son âge… Curieux bonhomme qui a roulé sa bosse dans plusieurs pays arabe, petit commerce. Il ne (...)

 

Des chevaliers aux norias

lundi 17 octobre 2005 - Vincent Battesti

17 octobre 2005. Syrie, Palmyre (Tadmor) – Hama.
Shady est le nom de ce garçon que j’ai pris avec moi de Tadmor à Homs. Il suit aussi des cours pour devenir guide touristique, espère-t-il à Tadmor, bien qu’il préfère Homs (qui n’est pas touristique) : « il n’y a rien à Tadmor… ». Lui, pas question de le faire travailler dans les jardins, « de toutes les façons, je n’ai jamais appris, je n’y connais rien. »
Nous traversons le désert, sur un asphalte à surprise (des embranchements qui terminent dans le sable — on (...)

 

Hama, Alep, l’asphalte qui se déroule

mardi 18 octobre 2005 - Vincent Battesti

18 octobre 2005. Syrie, Hama – Alep.
Je ne quitte Hama pour Alep qu’à midi. Impossible de trouver un distributeur d’argent, pas plus un téléphone public qui fonctionne pour que je prévienne mon ami syrien à Alep de mon arrivée.
La route, de l’asphalte qui se déroule sous la voiture, et le glissement des paysages sur les vitres. Relier un autre point. Si je veux.
Étrange, encore des tentes de bédouins. Nous sommes plutôt en terres agricoles. Ils sont là, on les devine parfois en ville, femme ou homme, (...)

 

Le régime des pluies

mercredi 19 octobre 2005 - Vincent Battesti

19 octobre 2005. Syrie, Alep.
Erreur : non, en fait je préférais le Liban et son ramadan invisible. Je ne suis pas toujours d’humeur à supporter la mauvaise humeur des jeûneurs. Et j’en ai marre de devoir me priver de cigarettes, par ailleurs (même si j’ai décidé d’arrêter en France, ce n’est pas encore l’heure et ce sera ma décision par une imposition).
À part ça, Alep me plaît bien. Beaucoup. Je peux maintenant oublier tous les autres souks de mon voyage : celui-ci les résume et les amplifie tous. C’est (...)

 

Mauvaise humeur (on peut passer)

jeudi 20 octobre 2005 - Vincent Battesti

20 octobre 2005. Syrie, Alep.
Au rendez-vous de la citadelle (belle et illuminée), l’heure de retard des autres habitués me laissa le temps de la réflexion : je dois partir de Syrie, au plus tôt, un plus tôt fixé au surlendemain. Et il faut absolument que j’envoie mon papier (très) en retard pour le Journal des Africanistes. Pour deux raisons : #1 parce que j’abuse, même si j’ai quelques circonstances atténuantes ; #2 parce que je veux aborder la Turquie tranquillement. Ça me fait bizarre de rentrer dans (...)

 

Et la Turquie.

vendredi 21 octobre 2005 - Vincent Battesti

21 octobre 2005. Syrie (Alep) - Turquie (Iskenderun).
Quelques courses avant le départ. Ranger un peu la voiture. Retrouver mon guide (cette fois, pour la Turquie, j’ai un guide de voyage, mais je m’en méfie encore). Attendre un ami qui a insisté pour venir me dire au revoir et bonne route. Régler la note. Direction : Bab el-Hawa, l’un des deux passages depuis Alep vers la Turquie. Je l’ai choisi au hasard, n’ayant pas encore regardé une carte de Turquie et ne sachant pas du tout où je comptais me (...)

 

Franckfurt F/Méditerranée & Kapadokya

samedi 22 octobre 2005 - Vincent Battesti

22 octobre 2005. Turquie (Görene).
Trois semaines déjà. Bon. Ça passe vite, quand même. Réveil dans une ville allemande. Qu’est-ce qui me donne ce curieux sentiment ? les rues ? les vitrines… ? Alexandrette ressemble à une ville allemande, à un Franckfurt F/Méditerranée.
Compteur au départ de Iskenderun : 85 420 km. Bientôt 3000 km de fait.
Je reprends la route après avoir trouvé du scotch pour mon rétroviseur droit. Je remonte d’abord au nord, entre la montagne et la mer et arrivé à Adana, ça tourne à (...)

 

Vallée d’Ihlara

dimanche 23 octobre 2005 - Vincent Battesti

23 octobre 2005. Turquie (Uçhisar).
Je prévoyais d’aller visiter le musée en plein air des églises creusées dans les pitons avant d’aller rejoindre François à 10h à Uçhisar. Trop fébrile, trop malade pour décoller aussi vite. Je ne trouve pas de pharmacie par ailleurs. Tant pis pour le musée qui has to be seen (absolument à voir). Presque un petit plaisir à faire ces impasses touristiques, presque snob également.
Il fait froid, vraiment froid. Je surprends la glace qui commence à fondre sur ma voiture avec (...)

 

Plateaux anatoliens : 1000 m d’altitude

lundi 24 octobre 2005 - Vincent Battesti

24 octobre 2005. Turquie, Uçhisar - Beyşehir.
Le soleil matinal réveille la vallée. Ce n’est qu’ici en Cappadoce que me revient l’agréable sensation des soleils matinaux, de leur chaleur agréable.
La vallée est belle, la vue jouissive. Je médite avec ma première cigarette de la journée : Turquie, des Turcs qui parlent turc. Moi qui visais l’identité touristique, finalement, je n’en suis plus très sûr : je me sens totalement handicapé de la communication, pas de langue en partage, cela fait bien longtemps (...)

 

Harpies tricoteuses

mardi 25 octobre 2005 - Vincent Battesti

25 octobre 2005. Turquie, Beyşehir. Matin.
Endormi dans une ville allemande de la savane, je me réveille au milieu d’un marché d’un bourg paysan de Normandie. J’ai logé au Park Oteli, hôtel de travailleurs de passage, notamment ces marchands qui ont monté de bonne heure leur étals.
Marché, gros marché, plein de femmes surtout, clientes et vendeuses, en particulier du côté des produits agricoles. Beaucoup de fringues, de tissus, mais surtout tous ces produits de la ferme, ces fromages par dizaines au (...)

 

500 m : ça se radouçit.

mardi 25 octobre 2005 - Vincent Battesti

25 octobre 2005. Turquie, Pamukkale. Après-midi.
Je voulais voir ces formations calcaires, cette curiosité géologique des travertins. Je ne suis pas le seul. Très touristique, c’est vrai. Arrivé au soleil couchant (et quand il se couche, il ferme la lumière en même temps), c’est plein de monde. Je passe à travers Hierapolis (qu’en dire, plein de vieilles pierres ? ah oui, ces curieuses tombes tumulus…) pour voir ça : une eau tellement calcaire qu’une machine à laver n’en voudrait pas qui, en se (...)

 

Grand Touring Race sud nord

mercredi 26 octobre 2005 - Vincent Battesti

26 octobre 2005. Turquie, Pamukkale - Istanbul.
Déjeuner agréable dehors. Je suis arrivé à l’ouest comme on va au Sud : il fait meilleur. Je décide de prendre la route vers le nord, c’est-à-dire que je ne décide pas grand-chose, sinon de ne pas écouter les conseils de mon tôlier et de me passer des voies rapides et d’Afyon. Je vise d’abord Uşak et pour la suite on verra, je n’ai aucune idée de l’endroit où je dormirai.
Je quitte les vignobles pour remonter sur les plateaux, d’abord ces drôles de plateaux (...)

 

Istiklal, chocolat en morceaux.

jeudi 27 octobre 2005 - Vincent Battesti

27 octobre 2005. Turquie, Istanbul.
Le muezzin me réveille ! Je ne croyais plus cela possible. Première activité de la journée : je change d’hôtel. La vie est chère dans ce pays, et Istanbul plus encore. Première reconnaissance : la Mosquée bleue, elle est peut-être bleue dedans, mais fermée pendant les heures de prière, je repasserai. Et dans la cour, une foire du livre. Curieux des éditeurs dans une enceinte religieuse, j’attendais mieux de la laïque Turquie. Voilées muhajabat et munaqabet font les (...)

 

Bris de glace.

vendredi 28 octobre 2005 - Vincent Battesti

28 octobre 2005. Turquie, Istanbul.
Lancer une lessive et visiter le palais (saray) de Topkapi, Versailles de l’empire ottoman. Dans un autre style, dans d’autres styles puisque c’est 800 ans de changements à chaque locataire. Trop de choses à voir. Le Harem et un sultan comme un coq en basse-cour ou pire, comme le bourdon dans la ruche. Moi, j’herborise dans le palais, sur les faïences, les peintures, les bas-reliefs et la garde-robe. Des fleurs en représentation partout. Les vraies concubines du (...)

 

Istanbul : Sakaray & Taqsim

samedi 29 octobre 2005 - Vincent Battesti

29 octobre 2005. Turquie, Istanbul.
Le matin : remplacer ma vitre à Aksaray, un quartier plein de mécaniciens. Les techniciens de Peugeot affiliés Peugeot n’ont pas la pièce, à importer express de France… je laisse tomber pour du bricolage local. Par railleurs, curieusement et sans rapport, mon toit semble fuire, et un goutte-à-goutte se distille depuis mon plafonnier.
Après-midi : commissariat de police d’Istiklal. Visiblement, les plaintes défilent, mais de mon cas, ils s’en foutent pas mal. Le (...)

 

En pension.

dimanche 30 octobre 2005 - Vincent Battesti

30 octobre 2005. Turquie, Istanbul.
Je suis vraiment dans une pension de famille, les mamans qui acceptent mes cigarettes, la soupe qu’on sert à table en préparant ma place, la télé ouverte sur les feuilletons turcs qui en valent bien d’autres. Mais le gareur municipal du quartier s’invite au chaud en apportant des biscuits. Et puis, ici dans la presque capitale, on s’en fout du Ramazan.
Il faudrait que je me souvienne des dimanches et reprenne l’habitude européenne. Aujourd’hui, tout est fermé ou (...)

 

Frontière UE : scanné, désinfecté.

lundi 31 octobre 2005 - Vincent Battesti

31 octobre 2005. Turquie (Istanbul) – Grèce (Alexandroupolis).
Je cherche quel jour nous sommes. Il y a un 31 en octobre ? Sommes-nous lundi ? Au fil de la route, mon humeur change, les paysages humains, naturels et urbains aussi. Mais une drôle de routine agréable s’est installée, et je ne m’en aperçois que parce que je la vois là, confortable comme une évidence. Rouler, changer de place, se réorienter dans une nouvelle ville ou une nouvelle campagne, monter et descendre, apprendre de nouveaux mots et (...)

 

La Grèce des accueils moyens

mardi 1er novembre 2005 - Vincent Battesti

1er novembre 2005. Grèce, Alexandroupolis – Thessalonique.
C’est un peu perturbant, tous les vieux au café tripotent des sortes de chapelets en discutant. La ville semble plus grande au jour et quand les magasins sont ouverts. Tout le monde se souhaite « kalo mina ! », un bon mois. 1er novembre, depuis un mois sur la route du retour et maintenant un froid de novembre. Mais j’ai encore mes gants de laine et le café est bon.
Depuis la frontière, le paysage est plutôt boisé, genre méditerranéen (...)

 

Thessalonique lounge.

mercredi 2 novembre 2005 - Vincent Battesti

2 novembre 2005. Grèce, Thessalonique.
Café classe, au comptoir, musique lounge agréable. Sur la longue place qui tombe sur la mer. Soleil sur le bois et le cuir sombres. La Turquie est un bel entre-deux, mais l’Europe semble bien se rendre évidente en Grèce.
Trouver un café internet. Il fait beau. Une ville où il ferait bon d’habiter (sans voiture).
Marché, poissons par millions, olives, épiceries qui ont des cierges suspendus au plafond (probablement une consommation énorme de cire dans ce pays), (...)

 

FYROM d’automne.

jeudi 3 novembre 2005 - Vincent Battesti

3 novembre 2005. Grèce (Thessalonique) – FYROM / Macédoine (Ohrid).
Dès la plaine littorale égéenne, l’ambiance est… comment dire ? fumée. Douce atmosphère éthérée. La route passe au-dessus de vraies rivières, je veux dire avec de l’eau. Des lacs aussi. Je fais un petit détour. Sur la route de Veroia, je croise un camion militaire frappé du sigle KFOR. Veroia est sous mi-teinte de soleil à flanc de montagne, des montagnes du nord. L’image est belle, je décide de la laisser ainsi et de prendre mon (...)

 

En Albanie sans électricité.

vendredi 4 novembre 2005 - Vincent Battesti

4 novembre 2005. FYROM / Macédoine (Ohrid) – Albanie (Librazhd).
Petit déjeuner au café avec un Macédonien déjanté de 45 ans, musulman, traumatisé de la guerre qui voit dans la rue des tortionnaires et qui émet d’innombrables références à la guerre ; il parle aussi aux étoiles, ses amies.
Ohrid, arrêt au hasard heureux. Un point sur la carte et dans le réel une carte postale aux falaises de montagnes dans l’eau, aux criques claires, aux rugueux des pins et à l’élancé des cyprès mitoyens de vieilles églises (...)

 

Albanie & Monténégro : alpins.

samedi 5 novembre 2005 - Vincent Battesti

5 novembre 2005. Albanie (Librazhd) – Crna Gora, Monténégro, Yougoslavie (Kotor).
Je prends la route tôt le matin, avant que la rosée ne se soit évaporée, et je poursuis ma descente vers le littoral. Les blockhaus nombreux parsemés dans la campagne près de la frontière sont en diminution. Les montagnes sont grises et comme dans les Alpes, la vallée encaissée est alpine à ce détail de la forme pointue des meules de foin et des bottes de maïs (épis récoltés).
À Elbasan, je me fais sermonner par un (...)

 

Les Venise de Dalmatie

dimanche 6 novembre 2005 - Vincent Battesti

6 novembre 2005. Crna Gora, Monténégro, Yougoslavie (Kotor) – Croatie (Dubrovnik).
Aujourd’hui direction Dubrovnik et essayer d’aller plus loin. Je me retourne sur Kotor que je quitte peut-être un peu vite. Belle Kotor et ses ruelles pavées et tortueuses. Je repasse devant le distributeur de billet avec un sourire : hier, j’arrivais trop tard pour les banques et je me demandais quel était le cours de l’euro dans la monnaie locale. Vu le prix affiché de l’essence dans les stations, je m’étais dit, (...)

 

Dubrovnik – Biograd na Moru

lundi 7 novembre 2005 - Vincent Battesti

7 novembre 2005. Dubrovnik – Biograd na Moru (Croatie).
Je ne saisis qu’aujourd’hui un avantage des sobe (chambres chez l’habitant), c’est qu’on peut y faire sa propre cuisine. En l’occurrence, mon café, bu sous les treilles de vigne et de kiwi, et des hortensias roses.
Le café est resservi de toute façon : la mère de la logeuse (elle-même plus très jeune) m’invite à en reprendre (« Venez, il est chaud ! »). Avant de siroter le sien et d’avaler ses médocs, elle prend sa tension (14-7) et celle du monde. (...)

 

Côte nord de la Croatie

mardi 8 novembre 2005 - Vincent Battesti

8 novembre 2005. Biograd na Moru (Croatie) – Frontière Slovénie (avant l’intermède).
Direction Ljubljana (sans être sûr de pouvoir correctement prononcer ce nom), capitale de la Slovénie, via Rijeka (Croatie).
Les bateaux de pêche ne sont plus là, les remorqueurs si. Je vais mettre les voiles. Soleil sur le port. Qu’est-ce qui anime cette passion de la canne à pêche, de jour, de nuit, sous la pluie, à fixer son flotteur ? C’est un des grands mystères.
La serveuse m’a encore offert le café ; moi, un œil (...)

 

Intermède : une nuit à l’hôtel (de police).

mercredi 9 novembre 2005 - Vincent Battesti

8/9 novembre 2005. Croatie – Frontière Pasjak – Opatija - Rijeka. - puis Ljubljana (Slovénie).
Je retrouve mon stylo, c’est presque ce qui m’a le plus manqué. Comment raconter cet intermède touristique peu banal ? De façon tragique (il y a de quoi), comique (idem), ironique (idem)… ? Pour le faire simple, ce sera chronologique, avec les horaires que j’eus à ma connaissance, car je n’ai pas gardé ma montre très longtemps et que ce ne sont pas vraiment les kilomètres qui comptent ici.
13h56 – environ 14h30 (...)

 

Et les Alpes sont là, pas de doute.

jeudi 10 novembre 2005 - Vincent Battesti

10 novembre 2005. Ljubljana (Slovénie) – Saint Gallen (Suisse).
Le petit déjeuner est copieux et je vise da Suisse pour aujourd’hui, la carte sur la table. Je passe trop de temps à écrire mon blog sur internet et il est midi, même 13h locales quand je quitte la chambre de mon bel hôtel.
Direction d’abord Villach, en Autriche. Tout le long jusqu’en Suisse, on sent la pesanteur d’états nationaux : les panneaux indicateurs indiquent de préférences le dernier petit village de leur territoire plutôt que la (...)

 

La Suisse, c’est beau.

vendredi 11 novembre 2005 - Vincent Battesti

11 novembre 2005. Saint Gallen (Suisse).
J’ai dormi royalement dans la guesthouse de la Kunstgiesserei, la fonderie d’art de Saint Gallen (site web). Un vaste et bel espace consacré à l’art contemporain, une fonderie couverte par un réseau wireless. Impressionnant. Je la visite le matin, et la technicité est bien plus élevée que dans les petites fonderies de bronze que je connaissais du Burkina Faso. Des artistes commandent ou viennent exécuter des œuvres ici, un drôle de mélange de techniciens et (...)

 

Est-ouest, la Suisse tellement suisse.

samedi 12 novembre 2005 - Vincent Battesti

12 novembre 2005. Saint Gallen – Lutry, près de Lausanne (Suisse).
« Descendez tout droit, vous tomberez sur le lac, Lutry est là. » Ah, demander son chemin en français… J’ai rendez-vous avec Patrick à l’hôtel du Rivage à 19h. J’ai un quart d’heure d’avance. Quelques clients, c’est très silencieux, peut-être aussi parce que mes oreilles sont encore bouchées de la descente. J’ai l’impression de n’avoir fait que monter et descendre depuis un mois et… douze jours.
Je lis un journal local, le Lausanne Cités, qui (...)

 

Se lavey dans les bains dehors.

dimanche 13 novembre 2005 - Vincent Battesti

13 novembre 2005. Lutry (Suisse).
Patrick ne conçoit ma visite que parfaitement remplie touristiquement. Je le rassure, je suis un touriste dilettante. Peu importe : la journée sera chargée.
Le village de Lutry, anciennement de vignerons. Petit village resserré sur lui-même (en toute proche banlieue de Lausanne) sur les coteaux au-dessus du Léman, lac dans la brume. Les toits des vieilles maisons sont multicolores, en camaïeux de rouge-brun. Tous les environs ne sont que des vignobles sur les (...)

 

Rien faire sur le Léman

lundi 14 novembre 2005 - Vincent Battesti

14 novembre 2005. Lutry (Suisse).
Et bien dit donc : rien fait. Enfin, presque. Les bords de quai de Lutry, le matin, les calmes ports de plaisance, en hivernage. Les poules d’eau, canards et cygnes se tiennent tranquilles ou viennent mendier d’inexistants morceaux de pains : ceux-là ne connaissent sûrement pas les gabions.
Les mouettes, elles, sont en formation, debout et bien ordonnées pour faire face au vent glacé, la « bise » froide.
Galetas : nom masculin, terme local qui désigne un grenier, (...)

 

Garder l’état d’urgence pour la fin : France.

mardi 15 novembre 2005 - Vincent Battesti

15 novembre 2005. Suisse (Lutry) – France (Noisy-le-Grand).
Pendant deux jours, ma voiture est restée sagement garée. Après ses 410 km de traversée est-ouest de la Suisse, j’ai eu aussi envie de la ménager pour le dernier saut vers Paris. Ce matin, quand je la prends, le compteur est à 90922 km.
Autoroute à flanc de coteau, il fait gris. Direction Nyon, puis dans la montagne vers Saint-Cergues. La forêt est dans les brumes, une forêt de hêtres, bientôt de conifères en montant. Et le soleil commence à (...)

 
 
vbat - anthropoasis - http://vbat.org - Vincent Battesti
diatomic
diatomic