Vincent Battesti - vbat.org/anthropoasisvbat.org
Poster un message

FORUM: « Pourquoi j’irais voir d’en haut ce que je connais déjà d’en bas ? »

Centralités et circulations : comprendre l’usage des espaces dans l’oasis de Siwa
Article (en français) dans le numéro 3/série 3 d’Égypte/Monde arabe, 2006.

En réponse à :

12 janvier 2007 La moitié fantôme de Siwa

Bonjour,

Oui, c’est curieux. Siwa, oasis berbère, est d’une stricte et peu sympathique morale envers sa moitié féminine. Je l’évoque un peu dans cet article d’EMA (pas encore paru au moment d’écrire votre commentaire ni le mien, mais bientôt, c’est sous presse !)

Les femmes sont invisibles dans l’espace public et restent souvent cantonnées dans la sphère domestique (les femmes se rendent cependant souvent visite entre elles) et, à par le quotidien domestique (ménage, cuisine, soins des animaux domestiques), quelques activités artisanales leur sont réservées (certains types de vanneries, les poteries, les broderies...). À ma connaissance, il n’y a pas d’ouvrage qui en parle (mais j’écris le mien, L’espace d’une nature, Ethnographie de l’oasis de Siwa (Égypte) [titre provisoire]). Sur la question de l’artisanat, voir l’excellent ouvrage de Frank BLISS (1998), Artisanat et artisanat d’art dans les oasis du désert occidental égyptien. K ?ln, Rùdiger K ?ppe Verlag, Studien zur Kulturkunde ; 109, 359 p.

Vincent Battesti - repondre message
Poster un message
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

vbat - anthropoasis - http://vbat.org - Vincent Battesti
diatomic
diatomic