Vincent Battesti - vbat.org/anthropoasisvbat.org
Français → Travaux/ écrits → Écrits en cours

Les possibilités d’une île, Insularités oasiennes au Sahara

Chapitre/contribution en cours de publication.

Vincent Battesti

Les possibilités d’une île, Insularités oasiennes au Sahara
in Thierry Sauzeau & Gaëlle Tallet (dirs), Mer et désert de l’Antiquité à nos jours, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2017 ?
en cours de publication.
pdf : https://hal.archives-ouvertes.fr/ha...

Ce chapitre vient à la suite d’une communication donnée au colloque « Mer et désert de l’Antiquité à nos jours : visions croisées ».

- Résumé :

Qu’implique la condition « insulaire » ? une possibilité : d’être un nœud de réseau. À cette condition, on peut comparer les îles et les oasis. Plutôt que de parler d’isolement, ce qui préjuge beaucoup de ce que donnerait leur analyse géographique fine, il conviendrait d’associer à l’insularité plutôt la discontinuité physique et l’éloignement.

« Les oasis et les différentes parties du Sahara ne peuvent pas rester isolées les unes des autres. Elles donnent actuellement l’apparence d’îles perdues sur un vaste océan et qui ne seraient visitées par des navires qu’à de très longs intervalles » (Auguste Chevalier, 1932 : 910)

Dans le désert environnant les oasis de Siwa (Égypte), un connaisseur des pistes sahariennes. Nov. 21st, 2010.
© Vincent Battesti

- Les premières lignes :

Ni le thème de la mer et ni directement le thème du désert ne sont au cœur de mes recherches portées sur les oasis. Cependant, une attention scientifique aux systèmes oasiens ne peut tout à fait négliger le contexte sociogéographique dans lequel ils s’insèrent et prennent sens. Par ailleurs, cette attention portée aux oasis est inévitablement tributaire du contexte culturel de son énonciation scientifique, de son histoire, qui a toujours fait ce rapprochement entre mer et désert (voir dans ce volume Emmanuel Nantet et son analyse des écrits de Théodore Monod, Bernard Nantet sur le contemporain et enfin et les réflexions historiques de Nicholas Purcell sur cette analogie).

Comparer les oasis du Sahara à des îles du domaine maritime peut sembler aller de soi. Com- paraison pour autant n’est pas raison : qu’est-ce que comparer les îles et les oasis apporte à la recherche ? Que veulent dire ces catégories linguistiques et conceptuelles préconstruites ? Est- on dans la métaphore poétique ou heuristique ?

Des îles et des oasis
À y regarder de plus près, l’« île » dans son acception d’un « espace de terre émergée entou- rée d’eau de tous côtés » semble difficilement s’attacher aux objets oasiens ; les oasis sont précisément l’inverse, de l’eau entourée de terres arides. La présence d’eau est indispensable à faire une oasis, elle n’est cependant pas suffisante : sont également indispensables des hommes organisés en société, munis de savoir-faire spécifiques, pour en assurer l’organisation, la répartition et l’usage, en particulier agricole. Il n’en faut pas tant pour faire une île : une terre émergée suffit.

L’insularité au désert ?
Alors, pourquoi parler d’îles et d’oasis ? Une acception étymologique du terme « île » est le latin insula, qui renvoie à une situation d’isolement. La pertinence première à penser les oasis comme des îles tient à ce qu’elles sont des espaces d’établissements humains et que ces « iso- lats » maillent le désert comme les îles l’espace maritime. On pourra comparer les cartes des routes maritimes (figure 1), voire aériennes, aux cartes des réseaux de transports sahariens (figure 2) : toujours avec le moins de détours possibles, ces routes sont des trajets qui lient un point à un autre, oasis, îles (ou leur port), villes (ou leur aéroport). Entre, des étendues vides ou presque, des horizons qui n’ont pour vocation, pour les hommes qui les empruntent, que d’être traversés. Ces espaces à une dimension des routes sont des intervalles, des entre-deux, des suspensions qui ne tolèrent guère d’autres activités que la traversée. Le point de vue est différent pour les groupes humains, de faible densité, qui y pêchent ou qui y font paître : ils ne sont pas eux-mêmes cependant déconnectés de l’oasis ou du port, ils y reviennent toujours.

Cet article a été lu 1583 fois.
forum

Poster un message / Répondre à cet article

Dernière mise à jour de cette page le vendredi 3 mars 2017 à 14:04:00. //// -----> Citer cette page?
Vincent Battesti, "Les possibilités d’une île, Insularités oasiennes au Sahara" [en ligne], in vbat.org anthropoasis, page publiée le 17 mars 2015 [visitée le 23 avril 2017], disponible sur: http://vbat.org/spip.php?article697.
Translation available in English

Mots-clés

Dans la même rubrique
vbat - anthropoasis - http://vbat.org - Vincent Battesti
diatomic
diatomic