Vincent Battesti - vbat.org/anthropoasisvbat.org
Français → Recherches →

Définir les concepts de recherche : parties d’un travail de recherche protéiforme

Vincent Battesti

Récapitulatif en chantier de quelques définitions personnelles.

Chemin faisant dans la recherche, je me rends compte de deux choses qui m’incitent à créer cette page :

À plusieurs reprises, ces derniers mois, j’ai été amené à ces explicitations. À l’intérieur d’une même discipline, surtout en sciences sociales, les définitions peuvent changer. Pire, une définition peut être propre à un chercheur unique. Je ne lui jette pas la pierre : plutôt que de multiplier des néologismes, je préfère moi-même raffiner la définition de certains termes déjà dans le champ des sciences humaines et sociales.

Nakamura Motomichi
© Pictoplasma, post-digital-monsters

En voici quelques définitions regroupées.
En cours de rédaction…
Pour l’instant dans un ordre alphabétique.


- Ambiance :
En cours de définition… :-)


- Appropriation :
Il faut là lire l’article en réf., mais disons en résumé que je distingue trois types d’appropriations (de ressources, des ressources que je décline aussi comme « ressources socioécologiques » [1]) :

« Il y a d’abord “l’appropriation” au sens premier du terme (dans la continuité du droit romain) : “faire d’une chose sa propriété”. C’est l’appropriation la plus brutale (…). Il y a une seconde acception : l’action d’approprier une chose, de “rendre propre à un usage” (…). C’est une appropriation plus subtile, accordant à des espaces des qualités différenciées (…). Enfin, on peut envisager une troisième acception en recourant au champ de l’art contemporain : la copie consciente d’acteurs sociaux, associée à une réflexion stratégique. C’est une appropriation par remploi (…). »


Réf. : Des ressources et des appropriations. Retour, après la révolution, dans les oasis du Jérid (Tunisie)


- Écologie acoustique :

« L’écologie acoustique peut se définir le plus simplement possible comme le système formé par les façons d’habiter un espace sonore et de produire son espace sonore au sein d’un environnement donné. Les qualités de cet environnement ne sont pas neutres : densité de population, architecture, circulations, etc. »


Réf. : « The sound of society » : a method for investigating sound perception in Cairo


- Ethnovariété :

« Ma définition d’ethnovariété est la suivante pour le dattier : « ensemble de lignées ressemblantes reproduites par rejets sous un même nom ». »

« Our current definition of an ethnovariety for the date palms is : “set of similar (according to local standards) lines of clones reproduced by vegetative offshoot under the same local name” (Battesti 2013). An ethnovariety differs from a landrace. An ethnovariety is always reproduced vegetatively, but might benefit from a seedling to create a new line of clones. According to Pintaud (2010 : 109), a landrace of date palms is a group of date palms partially clonal or fully propagated by seed, but by consanguinity retaining a stable set of morphological traits. »


Réf. : L’agrobiodiversité du dattier (Phoenix dactylifera L.) dans l’oasis de Siwa (Égypte) : entre ce qui se dit, s’écrit et s’oublie
Réf. : The date palm (Phoenix dactylifera L.) in Siwa oasis (Egypt) : How ethnographic, morphometric, and genetic analyses together explain the local agrobiodiversity


- Landrace (race naturelle) :

An ethnovariety differs from a landrace. An ethnovariety is always reproduced vegetatively, but might benefit from a seedling to create a new line of clones. According to Pintaud (2010 : 109), a landrace of date palms is a group of date palms partially clonal or fully propagated by seed, but by consanguinity retaining a stable set of morphological traits.


Réf. : The date palm (Phoenix dactylifera L.) in Siwa oasis (Egypt) : How ethnographic, morphometric, and genetic analyses together explain the local agrobiodiversity


- Langage naturel des sons :

« le langage ordinaire ou mondain [et son lexique] utilisé dans la vie quotidienne (…) pour évoquer ses expériences acoustiques » quand l’acteur se trouve être dans une « attitude naturelle » (et non pas une écoute réduite).


Réf. : « The sound of society » : a method for investigating sound perception in Cairo


- Oasis :

"Une oasis est l’association d’une agglomération humaine et d’une zone cultivée (souvent une palmeraie) en milieu désertique ou semi-désertique.
"La présence d’eau en surface ou en sous-sol est nécessaire, mais non suffisante à la création de tels espaces. Le Sahara est l’exemple type de l’actualisation de cette potentialité, mais pas l’unique. À travers le monde, le système oasien nourrit au moins dix millions de personnes. Cependant, il existe des régions désertiques sans oasis, malgré la présence d’eau (le Kalahari, par exemple).
« La création d’oasis est aussi contingentée par l’Histoire : de nombreuses oasis ont été créées ou se sont développées pour leur rôle de relais sur les routes commerciales (routes sahariennes de l’or et des esclaves ou routes asiatiques de la soie). »


Réf. : Définition courte de l’oasis
Réf. : Les relations équivoques et les oasis
Réf. : Jardins au désert, Évolution des pratiques et savoirs oasiens, Jérid tunisien
Réf. : Tourisme d’oasis, les mirages naturels et culturels d’une rencontre ?
Réf. : Des ressources et des appropriations. Retour, après la révolution, dans les oasis du Jérid (Tunisie)
Réf. : The Power of a Disappearance : Water in the Jerid region of Tunisia


- Palmeraie :

« Une palmeraie d’oasis est un espace fortement anthropisé et irrigué qui supporte une agriculture classiquement intensive et en polyculture. L’oasis est autant intégrée à son environnement désertique (association avec l’élevage transhumant des nomades) qu’elle s’en émancipe par une structure écosystémique toute particulière. Répondant entre autres de contraintes environnementales, c’est une agriculture intégrée qui est menée avec la superposition (dans sa forme typique) de trois strates : la plus haute des palmiers dattiers, une intermédiaire des arbres fruitiers (oranger, bananier, grenadier, pommier, etc.) et à l’ombre la strate des plantes basses (maraîchage, fourrage, céréales). Une autre constante de la structure oasienne est le travail en planches de culture, une organisation de l’espace appropriée à l’irrigation par inondation. »


Réf. : Définition courte de l’oasis
Réf. : Les relations équivoques et les oasis
Réf. : Jardins au désert, Évolution des pratiques et savoirs oasiens, Jérid tunisien
Réf. : Tourisme d’oasis, les mirages naturels et culturels d’une rencontre ?
Réf. : Des ressources et des appropriations. Retour, après la révolution, dans les oasis du Jérid (Tunisie)
Réf. : The Power of a Disappearance : Water in the Jerid region of Tunisia


- Patrimonialisation :
Cette définition personnelle (encore en chantier) insiste sur son caractère construit :

« La patrimonialisation, entendue comme la fabrique du patrimoine, est la mise en patrimoine d’un ou de plusieurs éléments d’objets matériels ou immatériels, c’est-à-dire les opérations par lesquelles des acteurs font le choix, en les figeant, d’extraire d’une réalité sociale des éléments qu’ils considèrent liés au passé et à valoriser à des fins économiques ou symboliques, en considérant qu’ils font sens dans l’Histoire (quelle qu’en soit l’échelle). »


Réf. : De Siwa au Caire, la fabrique du patrimoine se nourrit du désir des autres


- Paysage :
Le terme est extrêmement polysémique en SHS. J’ai dû préciser ma façon de définir la notion de paysage. Je suis passé alors d’une définition classique qui est définir le paysage comme « le morceau de pays qui s’offre à la vue » à une définition plus personnelle (mais encore en chantier) qui insiste sur la polysensorialité et le caractère iconique :

« Paysage : morceau d’espace reconnu comme tel (par un groupe social), qui s’offre au sens, et est construit (matériellement, socialement) pour être reconnu (par ce même groupe social) ».


Réf. : Jardins d’oasis sahariennes : du beau comme contentement des sens au paysage par le bas
Mais la définition peut être amendée pour paraître moins absconse :

« La prise de conscience du paysage procède d’un engagement spécifique envers le monde, celui de la contemplation romantique d’une nature, qui a une histoire propre. » « Certes, peut être lu comme un paysage l’écosystème en évolution que façonne l’agriculture locale, c’est-à-dire l’ensemble des pratiques quotidiennes ou exceptionnelles des jardiniers. Tout dépend des compétences de lecture : le paysage est, à plus d’un titre, socialement construit. Cela renvoie tout de suite aux perspectives constructivistes qui dominent aujourd’hui largement les sciences sociales. Et ces perspectives ont pour principale conséquence d’avoir un puissant effet de dénaturalisation. Le paysage ne serait-il plus naturel ? Il est (beau comme) la rencontre (fortuite) d’un “regard équipé” par diverses ressources et un monde naturel, ou un environnement dans une acception large. » (p. 150)
« Voir un paysage dans un espace présenté devant soi est tout autant du ressort de la compétence que de lire une carte. » (p. 151)


Réf. : « Pourquoi j’irais voir d’en haut ce que je connais déjà d’en bas ? »


- Paysage sonore (et environnement sonore) :
Pour Raymond Murray Schafer (1977), l’inventeur du concept de Soundscape (souvent traduit par « paysage sonore » en français), le paysage sonore n’est que l’environnement sonore que l’on étudie. Je suis un peu plus exigeant sur la définition, en le distinguant de « l’environnement sonore » :

« Ce qui permet de distinguer “environnements sonores” de “paysages sonores” est, à mon sens, la régularité ou la reproductibilité de l’évènement sensoriel, de l’ensemble des effets sonores qui permet de qualifier, d’identifier une signature sonore complexe d’un territoire. Un son de cloche est un son de cloche, un évènement sonore [2] et non pas un paysage. Un son de cloche mêlé à d’autres sons incidents, composites ou composés, qui ne font pas ensemble encore ”sens” en termes de signature (la situation peut être reconnue, mais pas identifiée comme une signature) forment un “environnement sonore”. Le “paysage sonore”, on l’aura compris, est alors un environnement sonore qui signe un lieu et un moment et qui est identifiable (le tout est de préciser pour qui). » (p. 85)


Réf. : « L’ambiance est bonne », ou l’évanescent rapport aux paysages sonores au Caire


- Ressource :
Je suis passé d’une définition classique (moyens mis en œuvre pour satisfaire un besoin ou améliorer une situation) à une définition plus personnelle (mais encore en chantier) qui insiste sur son aspect situé :

« En soi, il n’est point de “ressource” : toute chose, matérielle ou immatérielle, devient “ressource” dès lors qu’elle est interprétée par une collectivité comme un moyen dont elle peut disposer. Qualifier quelque chose de “ressource” est, par conséquent, une opération intrinsèquement liée à une situation sociale et à des acteurs sociaux. »


Réf. : Des ressources et des appropriations. Retour, après la révolution, dans les oasis du Jérid (Tunisie)


- Ressources socioécologiques :
C’est une notion qui permet d’expliquer la coexistence de rapports différents à l’environnement :

« Un acteur use non seulement de différentes ressources proprement physiques du milieu mais aussi de différents registres sociaux, moraux et de savoir, qui permettent cet usage et orientent ses pratiques. Les ressources socioécologiques sont la conjugaison de ces deux types de ressources, corrélées les unes aux autres et déployées simultanément. » Par ailleurs, « cette notion de ressources socioécologiques a permis de montrer que divers rapports pratiques et cognitifs à l’environnement opèrent simultanément. »


Réf. : Des ressources et des appropriations. Retour, après la révolution, dans les oasis du Jérid (Tunisie)
Réf. : Les oasis du Jérid, des ressources naturelles et idéelles
Réf. : Jardins au désert, Évolution des pratiques et savoirs oasiens, Jérid tunisien

Nakamura Motomichi
© Pictoplasma, post-digital-monsters

[1En un sens la formule “appropriation de ressource” est une redondance. Voir l’entrée “ressource” de cette page et l’article mentionnée en réf.

[2À condition que ce son de cloche soit situé : s’il est abstrait de son environnement, il est appelé par Pierre Schaeffer un »objet sonore« .

Cet article a été lu 844 fois.
forum

Poster un message / Répondre à cet article

Dernière mise à jour de cette page le mardi 24 janvier 2017 à 18:44:21. //// -----> Citer cette page?
Vincent Battesti, "Définir les concepts de recherche : parties d’un travail de recherche protéiforme" [en ligne], in vbat.org anthropoasis, page publiée le 19 juillet 2014 [visitée le 21 mars 2017], disponible sur: http://vbat.org/spip.php?article260.
No translation available

Dans la même rubrique
vbat - anthropoasis - http://vbat.org - Vincent Battesti
diatomic
diatomic